L’hébergement via airbnb

Nous voyageons par AirBnb depuis la naissance de Poupoule. Avant, pour choisir un hôtel, j’allais sur Booking et choisissais 9 fois sur 10 par rapport au prix de la chambre. Une seule fois, à Porto, j’ai choisi selon la localisation, car les prix étaient tellement accessibles que nous nous sommes fait plaisir.

DSCF7515

(La vue de la fenêtre de notre hôtel en plein centre de Porto)

Je ne me posais clairement pas plus de question, à deux nous étions très mobiles et la chambre nous servais uniquement à dormir. Nous avons dormi dans des hôtels franchement pourris, notamment à Londres où l’équation « budget serré » s’est mal accordé avec « ville hors de prix », et il était franchement pas question de continuer sur la même logique avec elle, sachant qu’on a commencé à barouder alors qu’elle avait moins de 2 mois (et que certes on est pas très à cheval sur la propreté et l’environnement des hébergements, mais faut pas déconner).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(la vue de notre Airbnb à Nozières, en Lozère. Les maisons tout au fond sont les seuls voisins à 10km à la ronde)

Son arrivée a donc réinterrogé nos choix et ça nous a permis, je trouve, d’analyser un peu notre fonctionnement familial. Qu’est-ce qui était important à préserver ? Qu’est-ce qui l’était moins ? De quoi avions nous réellement besoin pour notre équilibre ? Parce que bon le but était de ne pas s’entre tuer au bout de 24h. Nous en avons conclu qu’il fallait que nous puissions nous reposer en alternance et avoir du temps calme le soir, à deux ou pour des activités folles comme bouquiner ou regarder un film dans un silence divin. Il nous fallait donc au moins une chambre séparée et un espace cuisine, avec possibilité de se faire du thé et/ou du café (coucou les accros).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(Jardin japonais de Toulouse, à littéralement deux pas de notre airbnb)

C’est comme ça que j’ai commencé à fouiner sur Airbnb, pour garder les avantages de la maison. C’est rigolo, aujourd’hui, de la voir rapidement prendre ses marques : repérer les toilettes (puisqu’il faut absolument y accompagner ses parents), la cuisine, la salle de bains. Elle sort ses jouets et les installe dans l’espace. Nous avons pour l’instant toujours eu des expériences positives, des œufs du jardin offerts par notre hôte de Lozère à la peluche arc-en-ciel offert par la petite mamie de Poilhes (Poupoule est un aimant à cadeaux, c’est dramatique). Ca nous donne plein de jolies histoires à raconter, comme ses premiers pas en 4 pattes sur le magnifique tapis multicolore de nos hôtes à Toulouse (qui malheureusement ne louent plus leur appartement).

20160822_182138

(la section du canal de Midi qui traversait Poilhes, quasiment sous nos fenêtres)

Le choix Airbnb nous a particulièrement apporté lors de notre virée à Lille. Elle est actuellement dans une phase avec un fort besoin de sommeil (ENFIN) et la journée du samedi a été pour elle éprouvante, malgré une sieste en portage (plus courte, forcément, que dans un lit). Les deux jours suivants nous avions décidé de rentrer exprès après le repas du midi pour respecter ce besoin, et le séjour s’est bien mieux déroulé pour tout le monde. C’est la première fois que nous sommes confrontés à cela, puisque depuis sa naissance elle faisait des siestes courtes et elle avait parfois besoin que cette sieste, justement, se fasse hors du lit honni. Du coup nous sommes clairement amenés à voyager lentement, avec des pauses et avec ses exigences.

20170429_133252

(Cathédrale Notre-Dame de la Treille en fond, à Lille)

Tout ces points positifs ne nous font pas perdre de vue les abus. L’abus par la plateforme, intermédiaire qui prend un joli petit pourcentage et qui ne défend que trop peu les voyageurs victimes d’arnaque à l’image de ce qu’il s’est passé pour Un Gajin au Japon. Le voyageur a découvert avoir loué l’appartement d’un mort. Il y a plus sympa comme anecdote de voyage quand même. L’abus des loueurs, qui font grimper le prix des appartements disponibles pour les habitants, forçant certaines villes à ouvrir la discussion avec l’entreprise pour établir des quotas d’utilisation à l’image de Londres ou Amsterdam. Paris est également concernée. La dimension sociale est clairement une question épineuse pour airbnb malgré un super concept de base qui répond à aux besoins de tout les utilisateurs.

Si la dimension locale m’interroge beaucoup, les plaintes de l’industrie hôtelière me sont plus difficilement entendables. Après des années à pratiquer des prix prohibitifs pour certains, ils ont également du mal à s’adapter aux changements des modes de voyages. Je connais peu de personnes qui voyagent en hôtel simple, avec donc tout les frais de repas à l’extérieur. Il est pas toujours évident de trouver des appart-hôtel à des prix raisonnables, alors que c’est désormais notre critère numéro 1 de location.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(rue Crémieux à Paris, quand on y vivait pas encore, avec un style d’enfer donc)

Lors de notre prochain voyage en octobre, en Grèce, nous allons tester pour la première fois des airbnb hors de métropole ! De plus, j’ai hâte qu’elle soit un peu plus grande pour l’inclure dans le choix de la maison, avec l’appui des photos, appréhender la localisation sur une carte et réfléchir ensemble aux pour et aux contre. Je pense que ça peut être justement un moment fort du voyage, avant même le voyage !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :