Road trip#1

L’été 2013, nous avons fait un petit road-trip avec une amie, road-trip de la loose et de la misère parce que nous sommes de sacrés chats noirs. Mais qu’est-ce qu’on a rigolé !

Je ne saurais plus dire pourquoi nous avions choisi l’Europe centrale. Un mix entre envie de découvrir et petit budget, je suppose. Et nous avons bien fait, sans le savoir.

Nous avons donc atterrit à Prague, impatients, après un rapide saut à Paris. Nous sortons de l’aéroport : apocalypse, ouragan, ambiance arbres par terre, pluie diluvienne et fleuve qui sort de son lit.

P1010314

Bon.

Pas très pratique quand on a prévu de camper.

Pas très pratique quand, en plus, le dit-camping est, comme on peut trouver là-bas, un espace du jardin de propriétaires privés qui veulent se faire trois sous durant l’été.

Bien bien bien.

P1010317

Qu’à cela ne tienne, on est jeunes, on est fous, et ma foi pour limiter la corvée essorage de tente, on a dormi tous ensemble, trois adultes, deux valises, dans une modeste tente deux personnes. La convivialité ! (même si nous avons hésité à exproprier l’Ours et ses odeurs de pieds)

Heureusement, l’apocalypse a cessé (juste après notre arrivée ! Un signe!) et nous avons pu découvrir Prague sous un beau soleil. Elle est à la hauteur de sa réputation : mignonne, charmante, à taille humaine et bourrée de bonnes choses à manger.

P1010377

P1010409

Il y a beaucoup de sucré-salé et je m’y attendais pas du tout, je pensais ça plus propre à l’Asie. C’est ainsi que j’ai pu mangé un étonnant rôti de porc avec des cranberries et de la chantilly. Okay, pourquoi pas. Les bramborak, galettes de pommes de terre à l’ail, sont un véritable délice, simplicité faisant parfois perfection. Une très très jolie découverte.

P1010378

Nous sommes restés deux jours et ensuite le road -trip a commencé lorsque nous sommes allés chercher la voiture. Qui n’était donc plus disponible.

Bon.

Qu’à cela ne tienne, on a été surclassé ! Youpi ! Youpi ? Euh non. D’une petite voiture manuelle, diesel, compacte pour la ville et pas trop gourmande sur la route, nous avons hérité d’un modèle sport 3 portes, boîte automatique, en essence, consommant à peu près du 10L au cent. Du coup, il n’y avait que l’Ours qui pouvait conduire, ayant déjà tâté de la boîte auto. Et nous avons vite senti que notre budget essence allait doubler, voir tripler. Sans compter l’angoisse de se trimballer avec une voiture aussi rutilante avec le trajet prévu. Et sans compter la limitation de consommation de bières par l’Ours, qui était ainsi au trente-sixième dessous.

Bon. Ben. En avant simone !

Nous avons traversé le parc naturel tchèque assez soufflés, avec en fond quelques radios locales auxquelles nous ne pitions absolument rien. Nous sommes même arrivés à tomber sur de la country tchèque ! (et oui ça existe).

Nous avons passé la frontière allemande et à nous les autoroutes sans limitation ! L’Ours jubilait, préparait fébrilement son pied sur l’accélérateur … pour au final rester à 110. Les autoroutes allemandes sont en effet gratuites, mais c’est aussi de sacrés gruyères. Pas le temps de râler, nous avons découvert Berlin.

P1010555

1Ah Berlin, blblbl, si belle, si forte, pleine de souvenirs … Au point qu’on en oublierait nos déconvenues des premiers jours ! Du coup le karma s’est dit que ça serait dommage, quand même, de ne pas avoir un séjour aussi pimenté que le début. Et bim ! Blocage de la CB de l’Ours, avec une autre tempête apocalyptique en fond, ambiance touristes qui courraient comme une volée de moineaux effrayés et des verres qui volaient des terrasses de bars abandonnés. Une vraie tragédie grecque. Le dit compte avait l’essentiel de notre budget pour ce voyage, évidemment. Ca a failli être la troisième guerre mondiale dans notre couple (il paraît que c’est de ma faute)(évidemment je ne suis pas d’accord) mais bon, comme dirait ma nièce lorsqu’on a visité l’Arc de Triomphe : « les gens sont bêtes de se faire la guerre, ils avaient juste qu’à bouder dans leur chambre, c’est moins fatiguant ». Donc nous avons boudé et continué, ma mère nous a dépanné un peu d’argent et notre amie a avancé la plupart des frais. Ce qui devait être un voyage avec un budget confortable s’est retrouvé rétréci au lavage des tempêtes estivales. Heureusement, il existe le Curry Wurst, drôle de spécialité allemande, une saucisse noyée sous du ketchup au curry avec des frites. Un bon moyen d’allumer le calumet de la paix.

P1010515

En plus, nous dormions dans un bel hôtel ambiance hôpital psychiatrique glauque des années 50 et ça aurait été dommage de gâcher le potentiel de ce lieu avec de la bouderie. D’ailleurs, les sanitaires étaient communs, et les touristes nordiques et allemands avec nous n’ont pas failli à leur réputation d’absence totale de pudeur. C’était la fête de la saucisse bavaroise chez les hommes ! L’Ours a finit par choisir ses horaires parce qu’il n’en pouvait plus, le petit chou.

J’ai beaucoup aimé Berlin, ville industrielle, qui peut paraître rustre au vu de ses nombreux monuments dénués de l’élégance de sa voisine, la belle Prague. Berlin est, comme Varsovie, de ce type de villes qui sont des musées à ciel ouvert, où l’on peut lire l’Histoire rien qu’en regardant ses murs fissurés et ses rues grises, sombres. L’East Side Gallery a vraiment été un coup de cœur. Et au détour d’une flânerie, on a découvert au 39 Rosentaller Strass un café-ciné très agréable, orné de graffs superbes.

P1010521

(Le mur de Berlin ❤ )

(la suite la semaine prochaine !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :