Road trip #2

(La première partie ici)

Nous nous étions quitté à notre départ de Berlin, rude, atypique mais si chaleureuse. Et là j’aborde ma partie préférée de ce road-trip : la route suisse-franconnienne et la route allemande des Alpes.

P1010616

Des châteaux, des villages trop mignons, des fleufleurs, des champs face à des lacs à l’eau scintillante …

P1010846

Il ne manquait plus qu’Heidi et son petit chapeau de paille. Nous ne savions pas encore où nous dormions mais YOLO la jeunesse. Qu’est-ce que c’était beau, romantique, coquet, plein d’air pur. Un jour, nous retournerons en Allemagne une semaine, seulement dans ce coin-là, tant je suis tombée sous le charme.

P1010623

Et donc après en avoir pris plein les yeux dans la journée, le petit karma ce farceur s’est rappelé à nous. J’avais réservé la quasi totalité de nos hébergements à l’avance, en France, excepté pour cette partie du séjour où les campings ne prenaient pas de réservation « vous inquiétez pas on a toujours de la place et on est ouverts tard ! ». Mon cul. Nous sommes arrivés à 20h et nous avons fuit le premier camping au prix prohibitif (70€ pour une voiture, trois personnes et une tente ? Et cent balles et un mars non?). Le deuxième et le troisième étaient fermés.

Bien.

Bon.

Rapport que nous étions jeunes, fringants et insouciants, nous avions choisi de dormir dans la voiture, à la sauvage, sur un chemin un peu éloigné de la route. L’avantage d’être une petite personne s’est cette nuit là révélé au grand jour : lovée sur mon siège passager, j’étais plutôt bien installée et j’ai bien dormi. L’Ours et notre amie par contre … Mais bon, on est jeunes non ? Je me souviens avoir été debout aux aurores le lendemain, puisque mon système central se réveille instantanément aux premières lueurs, avec un spectacle superbe : des biches, sauvages, qui broutent à genre une dizaine de mètres de moi avec le soleil levant derrière. Si beau.

P1010750

Trop de beauté alors le petit karma est réapparu à notre bon souvenir. J’étais en train de traîner le long du chemin quand je vois une voiture arriver à fond à la caisse, avec un allemand pas franchement souriant au volant. Il réveille les deux dormeurs en klaxonnant comme un fou. On a pas trop compris ce qu’il voulait, mais quand on a entendu « polizei » on a filé sans demander notre reste, avec l’Ours encore en slip et à moitié endormi derrière son volant.

Longeant la frontière autrichienne, nous sommes tombés sur le lac d’Eibsee, un des plus culminants d’Europe. Une dernière étape allemande des plus belles avant de bondir chez leurs voisins autrichiens.

P1010841

P1010843

Clairement, à part la partie Tyrol, le choc de cette rencontre avec l’Autriche fut trop rude. L’Ours et moi avons détesté Salzburg, trop de clinquant, trop propre, trop bourgeois.

L’Autriche a pâtit clairement du fait qu’on venait de quitter la somptueuse Bavière. Vienne a réussi à plus trouver charme à mes yeux, mais ce fut loin d’être ma partie préférée de ce voyage. Il doit y avoir plein de choses à voir à Vienne, qui m’ont échappé, mais la rencontre ne s’est pas faite. L’Ours, en bon mono-blagueur, a continué pendant des jours à ironiser sur le nombre de boutiques de luxe au cm².

P1010874

P1010876

Et puis, dernière étape, la Hongrie, sous un ciel pluvieux. Quand on arrive par la route, il y a de quoi se demander ce qu’il s’est passé dans ce pays. On a traversé des dizaines de kilomètres littéralement vides. Des villages quasiment fantômes, avec des chats errants, des postes frontières abandonnés à la peinture écaillée. C’est grâce au Routard que nous avons su qu’en fait, c’était le fait de l’exode rurale massive. Une majorité d’habitants vivaient en ville, une grosse majorité à Budapest. Et ça fait réfléchir, sur la place de la campagne en France, sur notre propre exode rural, sur les conséquences que ça a sur l’économie mais aussi sur la manière de vivre, de consommer. Cet élan en France de voir des citadins retourner à la campagne, de voir certains coins se repeupler. De quoi sera fait demain ?

P1010927

Bon, ça faisait longtemps qu’on avait pas vu le petit karma non ? Voilà un double kick ! Nous nous sommes arrêtés à Györ, une petite ville beaucoup trop mignonne et coquette avec plein de gens gentils. Nous avons fini notre petite escapade avec un sourire aux lèvres et c’est un PV qui nous attendait sur la voiture !

P1010952

Bon. Va comprendre un PV en hongrois toi.

Et puis comme la photo le révèle, mon appareil photo a commencé à mourir, ornant dans son agonie d’atroces tâches noires, ce qui fait que je n’ai quasiment pas de photos potables à montrer …

Arrivés à Budapest, le coeur courageusement en bandoulière pour faire face à mon deuil, nous avons cherché à payer notre amende, en bons citoyens européens, avant de faire les touristes. Nous nous sommes retrouvés à La Poste locale, avec une guichetière qui pitait pas un mot d’anglais et nous pas un de hongrois, à essayer de payer une amende sans trop savoir comment.

P1010977

Mais bon, on s’en fout. Budapest est si belle, encore une ville pleine d’Histoire et qui adore manger. J’ai adoré ma gulyàsleves (un goulash) et ma platàn burgonya (une patate au four avec de la crème et du jambon)(c’était si bon olololo). Le plaisir principal de Budapest a été de se balader au hasard des rue,s le long du fleuve, en prenant les nombreux ponts pour relier Buda et Pest (oui car en fait c’est deux parties de villes bien distinctes).

P1020032

Bon. Ca faisait un moment sans tuile non ? Le dernier jour, notre avion était en début de soirée et nous devions rendre la voiture vers 15h. Du coup nous avions décider de partir directement après le petit-déjeuner, sans faire de tourisme sur la route (mais nous nous sommes quand même arrêtés à Esztergom qui a une cathédrale de folie), quitte à attendre sur place (= à mourir des pieds tellement on a trop marché). Et bien heureusement ! Des travaux, partout, tout le temps, des bouchons à des kilomètres. Nous devions arriver vers 14h, et au final à 18h on lançait les clefs au loueur de voiture. A peine le temps de flipper en la rendant (elle sentait le purin d’un champ allemande, avec quelques miettes de gâteaux de notre nuit à la pleine étoile) qu’il fallait bondir ventre à terre dans l’avion. Et c’était déjà fini.

Ce road-trip ce fut :

– 3088 km

– 5 pays traversés

– 4 capitales

– 2 tempêtes

– 1 PV

– 1 anniversaire (le mien!)

– moults bières et villages coquets ❤

2 commentaires sur “Road trip #2

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :