La cité des sciences et de l’Industrie

La cité des sciences et de l’industrie, j’en entends parler depuis mon arrivée à Paris, et toujours dans un vocabulaire très positif. Disons le tout de go, j’ai été un peu déçue. Après, il faut dire aussi que notre choix de date, après coup, n’a pas été des plus judicieux : veille de rentrée scolaire feat il pleut il mouille. Il y avait donc beaucoup, beaucoup de monde.

Des expo temporaires : trouver l’équilibre entre intérêt et qualité

Le choix de multiplier les expo temporaires dans ce lieu est plutôt osé. Cela crée des espaces certes bien déterminés mais au final assez étroits. Du coup j’ai trouvé les quelques expo brouillonnes et bourratives, qui cherchaient à intégrer le plus d’info en un minimum de place à l’image de « Froid ». On y perds la saveur de la déambulation et le regard est tellement sollicité que Poupoule n’arrivait plus à suivre malgré son habitude de nous accompagner dans ce type de visites.

Au delà de cet aspect objectif, le thème de la plupart d’entre elles ne m’ont pas passionné, ce qui rend la rencontre plus difficile.

expo_froid
Froid : les 4 saisons sous cloche

L’expo temporaire coup de coeur : la patate

La patate, c’est la vie. Et je pourrais arrêter ce paragraphe sur ces mots. Toutefois les personnes qui ont pensé à la création de cette expo ont du lire ce blog et nos vies car elle était vraiment calibrée pour nous : beaucoup de plantes, une architecture en bois, une exposition aérée, avec un contenu à la fois précis mais concis. Et une chips géante, qui a fait le bonheur de Poupoule. De même, elle était peu visitée, nous avons donc eu le plaisir d’y déambuler seuls, en profitant de toutes activités interactives proposées comme celle des maux de la patate, avec un stéthoscope (pourquoi parfois la patate a des tâches noires ? Pourquoi parfois il y a des fissures sur nos patates ?) et celle du « Qui est-ce », avec toutes sortes de variétés de patates. Au final je suis venue à la cité des sciences et de l’industrie pour ce type d’expo et je suis contente d’en avoir trouvé une qui correspondait vraiment à ce que je recherchais : un thème original en étant quotidien, avec plusieurs degré d’explication proposé et des convenus variés. Elle sera présentée jusqu’au 6 Janvier 2019 !

expo_patate
La cité des sciences et de l’industrie : une visite qui donne la patate

Le planétarium

J’adore les planétariums et jusqu’à l’heure de la séance, nous avons hésité à prendre Poupoule. Aurait-elle peur ? Le contenu allait-il être adapté ? Au final elle a plutôt bien accroché, aidée par la beauté des images de l’univers sur cet écran si particulier ! Elle croyait que les scientifiques allaient trouver des lapins et des tigres sur la comète. Mais que tout le monde se rassure, les scientifiques ont bien trouvé des cailloux « et c’est mieux ! ». Ah ben oui, je serais curieuse de la tête des salarié-e-s de la NASA si un lapin de Pâques avait été déniché là-haut.

La cité des enfants

Le principale intérêt de la Cité des Sciences et de l’Industrie, m’avait-on dit, est la cité des enfants. D’habitude, je suis plutôt sceptique sur les lieux qui basent leur identité sur le seule fait d’être spécialement pensé pour les enfants. Souvent c’est inintéressant, niais ou c’est juste un moyen que les enfants ne se retrouvent pas dans d’autres parties du dit lieu culturel. Toutefois, je me suis laissée tenté et j’y ai emmené ma mini cobaye afin de me faire mon avis.

cité_des_enfants
C’est bizarre et c’est plein de couleurs. La visite aurait pu commencé sous d’excellents hospices, sans la foule immense présente.

Il y a donc deux parties : les 2 – 7 et les 5 – 11 ans. Cela fonctionne par « séance » pour limiter le nombre d’enfants. Le côté 2 – 7 ans est organisé en aire : « je découvre », « je sais faire », « tous ensemble », « je me repère » et « j’expérimente ». Ce qui aurait pu être intéressant est au final soumis à une logique de rentabilité : il y a clairement trop d’enfants à chaque séance. L’autre problème étant que la majorité des parents que j’ai croisé ont cru que ce lieu était une aire de jeux indoor où on pouvait lâcher les gosses sans surveiller leurs actes. Résultat, nous étions plongés dans une arène des hunger games : tout le monde se pousse, les grands font la loi pour garder en main les jeux intéressants, ça hurle et personne ne peut réellement profiter des expérimentations. Poupoule n’était pas détendue et nous non plus.

cite_des_enfants2
« Echo, écho ! Où es-tu ? »

Il y a pourtant des choses extrêmement intéressantes qui sont proposées comme les maisons des émotions (dans la salle « je découvre ») avec une présentation visuelle de la tristesse, la joie ou encore la colère via des séquences animées ou filmées. Poupoule a adoré, dans la partie « je sais faire », le grand bateau installé. Elle n’a pas pu s’en saisir de manière totalement exploratoire rapport aux points sus-cités. Par exemple, impossible d’approcher le mat pour hisser la grande voile, lieu monopolisé par les mêmes enfants. Néanmoins elle a beaucoup aimé aller de l’intérieur du bateau au pont, les deux univers étant très bien identifiables. La partie « je me repère » est celle où il y a eu le moins de monde alors que cette salle propose un contenu vraiment intéressant avec des labyrinthes !

cite_des_enfants3
Une installation qui aurait plu à Maria Montessori, permettant à la fois d’aborder la permanence de l’objet, la gravité mais également le mouvement.

Le coin « Tous ensemble », avec son univers des chantiers, était génial. C’était un vrai lieu de jeu, avec quelques objets pour planter le décor, mais aucune limite à l’imagination. C’est un espace dit « de jeu libre », où les enfants peuvent soit jouer seuls soit en coopération. Il était aussi très bien pensée (un espace 2-4 et un 5 – 7, limitant la foire d’empoigne). Mais malgré ces beaux atours, c’est sans surprise la salle « j’expérimente » qui a obtenu le plus de succès et donc celle où on a le moins profité. En effet, cette salle met en avant la manipulation de l’eau ! Canons à eau, seaux à remplir et vider, ruisseau qui permet de suivre un objet flottant lâché. Du monde donc, dans une salle trop petite et pas assez dotée, des enfants partout, la frustration, la difficulté bien normale qu’a tout enfant à prêter et des parents qui hurlent parce que leur enfant a osé mouiller son pantalon … Une salle anxiogène que nous avons vite quitté.

cite_des_enfants4
Besoin d’un coup de main pour la construction de votre maison ? Poupoule en chef est là pour vos chantiers !

Au final, c’est quand même intéressant d’avoir un type de lieu dédié qui permet vraiment de proposer des contenus d’expérimentation adaptés aux enfants, notamment les touts-petits. Toutefois, le volume d’enfants face au manque criant de place et de matériel entache l’aventure. Nous reviendrons un jour où l’affluence sera moins forte ! En outre, même si j’ai été un peu déçue par la cité des sciences, cantonner les enfants à ce seul niveau c’est rater une grande diversité de contenu qui pourrait le plaire voir qu’ils pourraient préférer, comme notre star du jour, la patate ! Donc chers parents, n’hésitez pas à sortir de la cité des enfants pour découvrir avec eux la cité des Sciences et de l’Industrie, même avec les plus petits des explorateurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :