Explorer la beauté sauvage de l’Irlande : le Burren et le Connemara

Quand on parle d’Irlande, on pense automatiquement à de grandes étendues de nature, de vallons et de forêts. Le surnom de l’île verte lui va en effet comme un un gant et il y a un prix pour cela : la pluie ! Pour nos découvertes du parc du Burren, dans le comté de Clare, et le Connemara, dans le comté de Galway, nous avons eu la grande chance d’avoir un temps magnifique. Je crois que c’est là que nous sommes tombés un peu amoureux, avec l’idée que nous allions revenir sur ces terres, forcément.

Le Burren

Le parc du Burren est proche de grands lieux touristiques (coucou les Falaises de Moher !) mais il est aussi très étendu, parsemés de chemins de randos plus différents les uns que les autres. Il y en aura forcément un à votre goût et adapté à votre niveau !

Burren National Park

Pour ce parc, oubliez les grandes plaines de vert chatoyant, c’est un parc dominé par le minéral, le calcaire et le vent. Le paysage en est de ce fait complètement atypique, la légende raconte même que le bras droit de Cromwell, Ludlow, l’a décrit ainsi : Pas assez d’eau pour noyer un homme, pas assez de bois pour le pendre, pas assez de terre pour l’enterrer. Le ton est donné ! Les différents sentiers sont disponibles sur internet, et si vous avez un Iphone, il y a même une appli les listant. Nous avons choisi la « Brown Route », petite boucle de 2.5km qui promettait une variété de décor, des ruines d’une église et une difficulté pas trop élevée, étant avec deux enfants de moins de 5 ans.

Burren National Park

Burren National Park
On dit bonjour à notre nouveau porte-bébé : tula toddler !

Ce fut un excellent choix. Nous avions le sentier quasi pour nous seuls, nous n’avons croisé que trois groupes de visiteurs, tous des touristes irlandais. Nus avons effectivement pu voir une variété assez folles de paysages, entre le plateau calcaire et le sous-bois. La petite grotte derrière l’église en ruines aurait abrité, selon nos compagnons de hasard, un singe, qui veillait sur cet ancien ermitage. Les enfants ont adoré imaginer un singe dans ces contrées plutôt peuplées par des moutons et des vaches.

Burren National Park

Notre deuxième arrêt pour explorer le Burren fut le dolmen de Poulnabrone. C’est le plus célèbre et le plus vieux d’Irlande ! Si vous avez déjà fait Carnac ou encore truc de Bretagne, ne vous laissez pas envahir par la déception. Oui, ce ne sont que trois pierres posées les unes sur les autres, bien loin de la grandeur des milliers de pierres dressées que l’on peut voir sur notre sol français, mais c’est un site préhistorique majeur à visiter pour approcher le peuplement de l’île . Les fouilles archéologiques ont permis d’exhumer les ossements de 22 personnes, dont des enfants, ce qui a permis approfondir les connaissances sur la vie préhistorique en Irlande.

Dolmen de Poulnabrone

Dolmen de Poulnabrone

Le Connemara

Terres brûlées au vent des landes de pierres … Ne me remerciez pas pour la chanson dans la tête, chaque touriste français l’a dès lors que le panneau apparaît. Pour nous qui logions sur la rive Est sur Lough Derg, aller au Connemara c’était un périple (presque 3h de route) mais quel périple ! Les routes de la Wild Atlantic Way, notamment la Skye Road, sont typiques de ces routes irlandaises qui alimentent notre imaginaire de road-trip. Ces routes là, elles vous en mettent plein la vue, et si l’Ours a l’habitude que je réclame un arrêt tous les 100m pour une photo, une pensée pour nos amis qui ne s’y attendaient pas.

Sky Road

sky road
Mais comment faire autrement que s’arrêter, profiter, dévorer des yeux ?

Ici pas de landes et de plateaux désertiques, il y a des montagnes qui déchirent la brume, du vert, du noir, et la mer, souveraine, qui lui fait face. Et des moutons grands dieux, des adorables petits moutons partout. Pas de toute, l’image d’Epinal de l’Irlande elle est là. Cette région est riche et nous y avons malheureusement passé qu’une journée, avec au corps chevillée l’envie d’y retourner (Kylemore Abbey, la prochaine fois on se loupe pas).

Connemara National Park

Connemara National Park

Connemara National Park

A l’image du Burren, une multitude de chemins de randonnées et de balades partent d’un peu partout. Pour le coup nous avons choisi de partir du Visitor Center pour une boucle de 4.5km, parsemée de tourbières, panoramas et animaux. Nous avions hésité à grimper jusqu’au sommet de Diamond Hill !

kylemore abbey

Connemara National Park

 

Publicités

7 commentaires sur “Explorer la beauté sauvage de l’Irlande : le Burren et le Connemara

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :